Modification aux opérations ambulancières

L’Orignal, le 23 mai 2018 – Lors de sa réunion mensuelle tenue ce matin, le Conseil des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) a mandaté le département des Services d’urgence de modifier ses opérations d’ambulances pour les appels provenant de l’extérieur de son territoire, et ce, afin de protéger la qualité et la fréquence des services offerts aux résidents de Prescott et Russell.

À la suite des conseils juridiques reçus par les CUPR, et dans le but de maintenir des ressources appropriées d’ambulances terrestres dans Prescott et Russell, les Services d’urgence demanderont maintenant aux paramédics de signaler la non-disponibilité de leurs véhicules une fois qu’ils ont transféré leur patient à un hôpital hors du territoire. Cela rendra le véhicule indisponible jusqu’à ce que les paramédics retournent dans Prescott et Russell.

Une fois de retour dans la zone de service des Comtés unis, l’ambulance et l’équipe seront mis à la disposition du service de répartition. Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée sera informé que ce changement entrera en vigueur dans les 60 prochains jours.

« Comme nous l’avons souligné à maintes reprises au cours des deux dernières années, nos services d’urgence continuent de faire face à d’importantes difficultés lorsque d’autres municipalités, notamment la ville d’Ottawa, ne parviennent pas à répondre à leurs propres besoins », a déclaré François St-Amour, président du Conseil des CUPR. « L’utilisation continue et irresponsable de nos ambulances pour desservir la ville d’Ottawa est à la fois une question financière, opérationnelle et sécuritaire, ce qui entraîne une augmentation des temps de réponse et un manque de ressources, contrairement aux exigences de la Loi sur les ambulances. »

Rappelons que depuis 2016, les CUPR répondent à un nombre croissant d’appels provenant de l’extérieur de son territoire – soit le double depuis 2015 – ce qui a exercé une pression importante en ce qui concerne le respect des exigences pour les temps de réponse, et des risques pour la sécurité des citoyens des CUPR. D’autres services nécessitent des accords d’aide mutuelle pour les crises d’urgence anormales, qui est une pratique très fonctionnelle et responsable.

« Nos voisins à Ottawa maintiennent leur refus de conclure un accord de récupération des coûts, comme est le cas dans plusieurs autres régions de la province, et comme est permis par la loi provinciale », explique Michel Chrétien, directeur des Services d’urgence. « De plus, le ministère continue d’ordonner au centre de répartition d’utiliser nos ambulances pour répondre aux appels à l’extérieur de notre collectivité, sans tenir compte des répercussions sur nos résidents. »
Vue d'une ambulance de Prescott et Russell de l'extérieur avec une civière en avant-plan